Archives mensuelles : février 2014

Soutenir la République du Haut-Karabakh, c’est parachever la paix dans le Caucase du Sud

Article publié dans Le Monde, le 24 février 2014

Le 12 mai 1994, il y a bientôt vingt ans, un cessez-le-feu mettait enfin le terme au long et violent conflit du Haut-Karabakh. De cette véritable guerre de décolonisation naquit la République du Haut-Karabakh, un nouvel Etat situé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, sur une terre arménienne aux confins des aires culturelles russe, turque et persane.

Vingt ans, c’est une génération. Une génération de jeunes Azerbaïdjanais et de jeunes Karabaghiotes qui n’aurait dû connaître que la paix, qui aurait dû voir reconnu son droit inaliénable à la sécurité et à la vie. Mais force est de constater que, si la guerre est terminée, la paix reste à gagner : en l’absence de traité de reconnaissance mutuelle, faute même d’un simple dialogue direct entre les parties, le cessez-le-feu reste plus que précaire. Dès lors l’Azerbaïdjan comme le Haut-Karabakh sont privés de toute perspective de développement normal et pacifié. Continuer la lecture

Une charte d’amitié signée avec le Haut-Karabagh

Coopération les élus des deux territoires réunis aujourd’hui
Article publié dans le Dauphiné Libéré le 21 février 2014

Mme Nariné Aghabalian, Ministre de la Culture et de Jeunesse du Haut-Karabagh et M. Jacques Rémiller, Maire de Vienne signent la Charte.

Mme Nariné Aghabalian, Ministre de la Culture et de Jeunesse du Haut-Karabagh et M. Jacques Rémiller, Maire de Vienne signent la Charte.

Aujourd’hui, les élus de la ville de Vienne et ceux de la ville de Hadrout au Haut-Karabagh seront réunis afin de signer une charte d’amitié.

Pour Vienne, cette initiative s’inscrit dans la tradition des échanges internationaux : « Un grand nombre de nos compatriotes descendent des rescapés du génocide. C’est bien naturellement qu’ils constitueront un des moteurs de cette coopération avec Hadrout, comme ils le font déjà avec la ville de Goris avec laquelle nous sommes également jumelés », explique le maire, Jacques Remiller.

Relations économiques

La charte qui sera signée ambitionne, comme elle le stipule, de mettre en place des programmes communs en particulier dans les secteurs de l’éducation, de la culture, du sport, du commerce et de la gouvernance locale.

Mais cette coopération doit également contribuer à l’établissement de la paix et de la sécurité dans la région. Le Haut-Karabagh est un État récent qui, aux termes d’un conflit terminé en 1994, s’est affranchi de son statut colonial pour se constituer en République.
Enfin, le Haut-Karabagh francophile est désireux du savoir-faire français et souhaite tisser des relations économiques avec les entreprises. « Notre démarche constitue également une opportunité pour nos PME », affirme Jacques Remiller.