L’indépendance du Haut-Karabagh est indiscutable et irréversible

25ème anniversaire Fête de l'indépendance de l'Artsakh

25ème anniversaire – Fête de l’indépendance de l’Artsakh

A l’occasion des 25 ans de l’indépendance du Haut-Karabagh, le Cercle d’amitié exprime son soutien à cette jeune République du Caucase du Sud et à la voie démocratique dans laquelle elle s’est engagée

Le Cercle d’Amitié salue chaleureusement les 25 ans de la liberté retrouvée par la population karabaghiote, librement constituée en République depuis le 2 septembre 1991. Il lui adresse ses plus vifs encouragements à poursuivre les efforts qu’elle a entrepris afin d’assurer le plein exercice de son droit naturel au bonheur.

Le Cercle souligne qu’en dépit des années de guerre qui lui ont été imposées à la suite de cette déclaration d’indépendance, « c’est désormais une génération entière de Karabaghiotes qui a grandi au sein d’une République indépendante et qui n’imagine pas un seul instant de retomber dans l’état de servitude précédemment vécu par ses aînés ». Le Cercle considère que cette indépendance est un acquis désormais « indiscutable et irréversible ». Lire la suite

Haut-Karabagh: le Bureau du Cercle d’Amitié inspecte la ligne de contact

René Rouquet et François Rochebloine sur la ligne de contact

René Rouquet et François Rochebloine sur la ligne de contact

A la suite des événements dramatiques d’avril dernier qui ont causé une centaine de victimes civiles et militaires au Haut-Karabagh, François Rochebloine et René Rouquet, respectivement Président et Vice-président du Cercle d’Amitié France-Karabagh, se sont rendus dans ce pays.

Durant ce court séjour, ils ont pu s’entretenir avec le Président de la République Bako Sahakian le Président de l’Assemblée nationale, Achot Ghoulian, plusieurs ministres, de nombreux parlementaires karabaghiotes ainsi que des responsables militaires.

Lire la suite

Les engagements de Vienne, un progrès vers la paix au Haut-Karabagh

Vienna TalksLe Cercle d’Amitié France-Karabagh salue les termes des engagements pris par l’Arménie et l’Azerbaïdjan ce lundi 16 mai à Vienne (Autriche). Il considère que les différents points sur lesquels se sont accordées les parties constituent autant de pas vers l’établissement d’une paix juste et définitive dans le Caucase du Sud.

« Il y a un point particulièrement important et tout à fait nouveau, c’est l’accord des parties au conflit à la mise en place de mesures de confiance, dont un mécanisme d’investigation des incidents » a indiqué François Rochebloine, Président du Cercle d’Amitié France-Karabagh. « Au nom du Cercle, je voudrais saluer l’action des médiateurs – et notamment celle du représentant de la France, le Secrétaire d’Etat M. Harlem Désir – d’avoir usé de tout leur poids pour obtenir cette avancée qui devrait être déterminante pour l’avenir et pour la paix » a-t-il ajouté. Lire la suite

Marlène Mourier, élue de la République menacée par l’Azerbaïdjan

Marlène Mourier

Marlène Mourier, maire de Bourg-Lès-Valence

Le Cercle d’Amitié France-Karabagh apporte son plus ferme soutien à Mme Marlène Mourier – Maire de Bourg-lès-Valence – face aux menaces explicites que l’Azerbaïdjan exerce à son endroit. Le Cercle ne comprendrait pas que ces derniers agissements comminatoires ouvertement conduits par Bakou sur le territoire français ne suscitent pas la plus vigoureuse réaction des autorités nationales.

« Il ne faut pas se leurrer. Sous couvert de juridisme, les relais de Bakou visent à mettre en place dans notre pays un régime systématique d’intimidations et de menaces à l’encontre de ceux qui lui déplaisent, à l’instar du régime de terreur déjà établi en Azerbaïdjan. Demain, devrons-nous faire avaliser par Bakou nos décisions souveraines ? » s’est interrogé François Rochebloine, le Président du Cercle d’Amitié France-Karabagh. Lire la suite

Menace de Bakou sur Bourg-lès-Valence: Marlène Mourier ne cédera pas

Marlène Mourier, Maire de Bourg-lès-Valence et membre du Cercle d'Amitié

Marlène Mourier, Maire de Bourg-lès-Valence et membre du Cercle d’Amitié

L’état d’Azerbaïdjan a envoyé un huissier à Marlène Mourier ce jeudi après-midi en mairie pour lui délivrer une sommation. L’Azerbaïdjan exige que la commune riveraine de Valence dans la Drôme cesse toute relation avec la ville de Chouchi dans le Haut Karabagh.

C’est un huissier qui a porté la sommation ce jeudi après-midi en mairie de Bourg-lès-Valence dans la Drôme. La république autoproclamée du Haut Karabagh est une zone de l’Azerbaïdjan peuplée d’Arméniens qui réclament son indépendance. Le maire de la commune riveraine de Valence, Marlène Mourier (Les Républicains) soutient cette volonté d’indépendance du Haut Karabagh. L’élue a d’ailleurs signé une charte d’amitié entre Bourg-lès-Valence et la ville de Chouchi. C’est visiblement ce qui déplaît à l’Azerbaïdjan : qu’une élue française reconnaisse l’indépendance du Haut Karabagh et l’affiche clairement avec cette charte d’amitié.

source: France-Bleu

L’Azerbaïdjan ment à Paris comme sur le Haut-Karabagh

Le Ministère des Anciens Combattants condamne les tentatives d’instrumentalisation des institutions françaises par l’Azerbaïdjan en révélant la nature mensongère des allégations de Bakou. La crédibilité et la fiabilité de l’Etat azerbaïdjanais à nouveau démenties.

Le communiqué mensonger de l'Ambassade d'Azerbaïdjan

Le communiqué mensonger de l’Ambassade d’Azerbaïdjan

Le 15 mars dernier, le Cercle d’Amitié-France Karabagh s’est enquis auprès de Jean-Marc Todeschini – Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire – de la véracité des allégations de l’Ambassade d’Azerbaïdjan. Selon cette dernière source, une cérémonie « de commémoration des victimes de Khodjali » aurait eu lieu le 26 février, sur la tombe du Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe à Paris.

« Cela fait plusieurs années que la propagande de Bakou utilise avec cynisme les victimes civiles azerbaïdjanaises tout en taisant les victimes civiles karabaghiotes pour noircir les forces de libération du Haut-Karabagh » ont expliqué le Président François Rochebloine et les vice-présidents du Cercle d’Amitié, René Rouquet et Guy Teyssier. Lire la suite

L’OSCE doit réintégrer la République du Haut-Karabagh dans les négociations de paix

hemicycle-plein-vue-panoramiqueCe 7 avril, le journal Le Monde a publié une tribune d’opinions où 25 élus de la Républiques se prononcent sans ambages pour la reconnaissance internationale du Haut-Karabagh et pour sa réintégration dans le processus de négociations le concernant au premier chef. 

Voilà maintenant six jours que le Caucase du Sud s’est à nouveau embrasé. Conforté par l’indifférence internationale, l’Azerbaïdjan sous la férule d’Ilham Aliev a tenté de reprendre par la force son ancienne colonie, la République du Haut-Karabagh. Cette offensive meurtrière de part et d’autre vient provisoirement de se conclure par un cessez-le-feu précaire. A l’heure où le groupe de Minsk de l’OSCE (co-présidé par la France, la Russie et les Etats-Unis) a réuni dans l’urgence les belligérants, il faut constater que cette attaque n’aura servi à rien ni à personne, puisque le rapport de force et la ligne de front restent inchangés.

Il n’en reste pas moins qu’à nouveau, des civils karabaghiotes ont payé de leur vie les pulsions revanchardes du despote de Bakou : villes délibérément ciblées par des bombardements, enfants tués dans la cour de leur école, civils mutilés et assassinés par des commandos infiltrés spécialement à cette occasion.

Il n’en reste pas moins aussi que cette nouvelle agression est porteuse de leçons. Qui oserait encore demander aux Karabaghiotes d’intégrer le giron d’un régime qui ne souhaite que leur anéantissement physique ? Pour les Karabaghiotes, l’indépendance et l’établissement de la République n’ont jamais été des fins en soi mais un moyen ; le moyen de vivre en paix et en sécurité, le moyen de construire un Etat démocratique respectueux de ses citoyens, ouvert sur le monde et tourné vers l’avenir.

La suite sur Le Monde.fr

Valérie Boyer (LR) : « Il faut désormais reconnaître le Haut-Karabagh »

Valérie Boyer plaide pour la reconnaissance pleine et entière de la République du Haut-Karabagh

Valérie Boyer plaide pour la reconnaissance pleine et entière de la République du Haut-Karabagh

Tribune libre. Valérie Boyer est député – Les Républicains – des Bouches-du-Rhône. Faisant valoir que « le Haut-Karabagh est de facto indépendant« , elle plaide pour reconnaître officiellement cette république autoproclamée de Transcaucasie.

Dans la nuit du premier au deux avril, l’Azerbaïdjan a lancé une vaste offensive militaire contre la République du Haut-Karabagh. Cette attaque irrationnelle s’est produite alors que la veille même, le président Ilham Aliev donnait, à Washington, de fallacieux gages de bonne volonté à John Kerry, le Secrétaire d’Etat américain.

Pour la première fois depuis le cessez-le-feu de 1994, l’attaque de l’Azerbaïdjan a mobilisé des chars d’assauts, des hélicoptères de combats, des drones et même des missiles Grad qui ont visé les villes du Haut-Karabagh et fait des victimes parmi les civils, notamment des enfants. L’agression a été contenue et même repoussée de sorte que le dictateur de Bakou a accepté le principe d’un cessez-le-feu qui tranche avec ses déclarations martiales précédente et qui sonne comme un aveu de défaite. Avec plus de 200 morts, une vingtaine de chars détruits et un gain territorial nul, cette offensive inepte aura en effet surtout montré la faiblesse militaire de l’Azerbaïdjan.

La suite sur Valeurs Actuelles